sportsregions
Envie de participer ?

Diego BELLON, "Je rêve de piloter une moto GP"

Publié il y a 4 mois par

Diego BELLON,  Je rêve de piloter une moto GP

 Je suis BELLON Diego, Dido ou Arafat pour les intimes. Je suis âgé de 38 ans. Je suis actuellement pilote superquader. ⁠J’ai grandi entourés de cousins et voisins fanatiques de sport mécanique en tout genre. Entre les courses de motocross, de supermotard et les runs sauvages de Lacroix et l’alliance, j’étais servi. Du coup, j’ai vite été pris au jeu. C’est à mes 18 ans que j’ai débuté en temps que pilote.

 

Selon moi, la seule erreur à ne pas faire est de laisser la peur prendre le dessus. Quand on veut, on se donne les moyens de faire. Il y aura toujours un pilote pour donner des conseils ou aider.  ⁠Cela fait 20 ans maintenant que je fais de la compétition. J’ai débuté en 2006 en quad cross sur le circuit de Champfleury (si mes souvenirs sont bons..). J’ai ensuite fait des compétitions de jet-ski, supermotard et depuis deux ans superquader. Le plaisir est toujours aussi intense qu’au premier jour ! ⁠Je suis aux anges depuis ma dernière course ! La finale superquader s’est très bien déroulée pour moi. Je remporte la première manche et le général final. Que demander de plus ?

 

J’ai deux souvenirs marquants : un bon et un moins bon. Le premier est un entraînement avec Bruno COLONNEAU. On s’entraînait à Morne Rouge et il a commencé à pleuvoir. Je m’apprête à rentrer et il me dit « Tu fais quoi là ? C’est maintenant qu’on va s’entraîner sérieusement ! ». On a roulé des heures sous la pluie battante. Ce jour là, mon pilotage a pris une toute autre dimension. Le moins bon souvenir s’est déroulé lors d’une compétition de supermotard à Jarry. J’ai perdu l’avant de la moto dans un virage à grande vitesse et j’ai tapé dans un trottoir. C’était la plus vilaine chute de toutes pour moi !

Sur le plan international, le pilote qui m’impressionne le plus c’est le plus fort .. Marc MARQUEZ ! Sur le plan local, on retrouve bien sûr Bruno COLONNEAU mais aussi Steeve DUMANOIR et Fabrice CHAUPARD. Ils ont tous un style de conduite et un caractère qui forgent le respect. J’espère avoir une carrière aussi longue qu’eux. 

Je n’ai pas d'engin favori, car chaque machine procure une sensation différente... Mais je rêve de piloter une moto GP !

 

⁠Je fais et ferais toujours parti de ceux qui veulent fédérer un maximum de personnes. Selon moi, notre plus gros problème en Guadeloupe est l’égo. On ne peut pas avancer si on ne met pas nos égos de côté. Nous souhaitons que les choses évoluent dans le monde des sports mécaniques en Guadeloupe mais nos dirigeants ne cessent de se tirer dans les pattes au détriment de nos disciplines. Nous arrivons tout de même à pratiquer aujourd’hui mais nous pouvons encore faire mieux dans le monde du sport mécanique.

Le sport mécanique est un bel environnement. Il ne faut pas hésiter à se lancer si c’est vraiment ce qu’ils veulent faire. Cependant, c’est un mode qui nécessite de la rigueur, du sérieux et du respect. C’est un sport à risques où l’on ne fait pas n’importe quoi ! Quand on veut, on se donne les moyens pour !

 

Interview réalisée par Maëlys, Chargée de communication du Club Sud Bikers 

toute l'association

Commentaires